Quand | When

15.02.2019 | 20h00

| Where

la lumière collective
7080, rue Alexandra, Montréal [QC]

Média | Media

16mm
En présence de la cinéaste.

Billets | Tickets

7$ à la porte

Avec | With

“Dinçel’s work always pushes the limits of the material itself as she reflects on experiences of disturbance—her material vulnerable yet tough, ragged yet smooth.” – Tara Hakim

À travers ses oeuvres réalisées à la main, Nazli Dinçel se penche sur les expériences de rupture. Elle observe le corps selon les contextes d’excitation, d’immigration, de dislocation et de désir tout en faisant appel du film: sa texture, ses couleurs et l’émulsion propre au 16mm.

NAZLI DINÇEL

À travers ses oeuvres réalisées à la main, Nazli Dinçel se penche sur les expériences de rupture. Elle observe le corps selon les contextes d’excitation, d’immigration, de dislocation et de désir tout en faisant appel du film: sa texture, ses couleurs et l’émulsion propre au 16mm. Son usage du texte comme image, son et language renvoie à l’échec de la mémoire et à son propre sentiment de décalage au sein de la société occidentale.

Née à Ankara, en Turquie, Dinçel a immigré aux États-Unis à l’âge de 17 ans. Elle détient une maîtrise en Beaux-Arts de l’Université du Wisconsin, à Milwaukee, où elle vit actuellement. Elle est présentement en train d’y fonder un laboratoire cinématographique géré par les artistes.

Nazli Dinçel’s hand-made work reflects on experiences of disruption. She records the body in context with arousal, immigration, dislocation and desire with the film object: its texture, color and the tractable emulsion of the 16mm material. Her use of text as image, language and sound imitates the failure of memory and her own displacement within a western society.

Born in Ankara, Turkey, Dinçel immigrated to the United States at age 17. She received an MFA in filmmaking from the University of Wisconsin in Milwaukee, where she currently resides and is building an artist-run film laboratory.

FEELINGS ARE FACTS

[Oeuvres réalisées par | works by Nazli Dinçel]

Présenté par Shannon Harris

20h00 | 68 min

2018 | 16mm | Sound | Colour | 9 min

​Reprenant les notions d’ “Objet Transnational” de Laura Mark et d’ “Objet Transitionnel” de DW Winnicott, ce film interroge la dimension éthique du travail en territoire étranger. Quittant la position d’ethnographe, on transite vers une exploration intérieure – et vers la question : que fait-on de nos amants ? ​[Lightcone]

​Borrowing words from Laura Mark’s “Transnational Object” and DW Winnicott’s “Transitional Object”, this film is an attempt to ethically make work in a foreign land. Transitioning from assuming the position of an ethnographer, we turn and explore inwards- on how we use our lovers. [Lightcone]

2017 | 16mm | Sound | Colour | 9 min

Le sol porte la trace de l’histoire païenne, puis chrétienne, puis musulmane des ruines de la ville qui fut bâtie pour Aphrodite. Alors qu’elle prend sa revanche sur Narcisse, les miroirs dévoilent leurs visions, surfaces et profondeurs se démantèlent, et le marbre se transforme en chair. [Lightcone]

The ground holds accounts of once pagan, then christian and now muslim ruins of the city built for Aphrodite. As she takes revenge on Narcissus, mirrors reveal what is seen and surfaces, limbs dismantle and marble turns flesh. [Lightcone]

2015 | 16mm | Sound | Colour | 8 min

La cinéaste se filme en train de masturber l’objet du débat. Elle entend les autres s’approprier son corps, ses habitudes : ceux de son entourage conservateur, dans son enfance. L’observateur se l’approprie aussi en l’observant dans cet acte privé. Elle a 9 ans, puis 12 ans. Elle observe des icônes populaires, repoussant le pouvoir de leur corps, puis elle rejette l’autre, des objets extérieurs à son corps : avec une angoisse adolescente, elle refuse l’orgasme à tout autre qu’elle-même. ​[Lightcone]

The filmmaker films herself masturbate the object of debate.
She hears others claim her body, her habits: those in her conservative surroundings as a child. The viewer claims her as well, by watching her in this private act. She is 9 years old, then 12. She observes popular icons, dismissing the agency of their body, she then rejects the other, objects outside of her body: with some teenage angst, denies climax to everyone else but herself. [Lightcone]

2015 | 16mm | Sound | Colour | 6 min

Wittnerchrome, cutter, ligne de pèche, machine à coudre.

La cinéaste se filme en train de s’exercer au baiser avec un miroir. Elle fait remonter des souvenirs adolescents de surconsommation, d’obsessions orales déconcertantes qui sont à la fois sexuelles (embrasser) et physiologiques (manger). Elle finit par manger la carotte avec laquelle elle se masturbe, éprouvant une sorte de cannibalisme. ​​​[Lightcone]

Wittnerchrome, Exacto Knife, Fishing Line, Sewing Machine.

The filmmaker films herself practice kissing with a mirror. She recalls teenage memories of overconsumption, confusing oral fixations that are both sexual (kissing) and bodily (eating). She ends up eating the carrot she is masturbating with, and she feels a sense of cannibalism. [Lightcone]

2015 | 16mm | Sound | 11 min

Wittnerchrome, cutter, poinçons à lettres d’1,5mm, marteau, pince perforatrice pour cuir.

Critique féministe du complexe d’Œdipe. La cinéaste raconte un avortement qu’elle a subi en 2009. L’enfant avorté survit et devient son amant. Son sujet est filmé dans une action privée, compliquant ce qui pourrait être un acte solitaire. [Lightcone]

Wittnerchrome, Exacto Knife, 1.5mm Letter Punches, Hammer, Leather Puncher.

This is a feminist critique of the Oedipal complex. The filmmaker recounts an abortion she had in 2009. The aborted child survives and becomes her lover. Her subject is filmed in a private act, complicating what could be an act of the solitary.[Lightcone]

2016 | iphone 4 video | Sound | Colour | 12 min

#resistpatriarchy.

2018 | 16mm | Sound | Colour | 13 mins

Matériaux : film 3378 hi-con, gravure laser, cutter

Tournée à la Film Farm de Mt. Forest, cette comédie est une quête ayant pour objets la performance, la voix off éducative, le cinéma analogique, l’ASCII, le langage, l’éthique de l’ethnographie et la narration d’un récit, le tout abordé sous la métaphore d’une série d’instructions destinées à la cultivation du sol. [Le texte est signé Barbara Kirshenblatt-Gimblett et Wikihow/shoot-film.]

Materials: 3378 hi-con, laser engraver, exacto knife

Shot at the Film Farm in Mt.Forest, this comedy is a quest about performance, educational voiceover, analogue filmmaking, ASCII, language, ethics of ethnography and narrative storytelling under a metaphor of instructions to farm land. [Text by Barbara Kirshenblatt-Gimblett and Wikihow/shoot-film]

Translation to French © Emma Roufs